Rapport mensuel Février 2021

Au cours du mois de février 2021 nous avons effectué une seconde mission à KAYAR. L’objectif de cette mission était  de rencontrer le Maire ALIOU NDOYE pour qu’il puisse mettre à notre disposition un local  pour assurer la thérapie pour les migrants de retour et toute  personne ayant vécu un événement traumatique. M. NDOYE  étant un maire  très averti il  a compris que la prise en charge psychosociale est nécessaire pour ceux qui ont eu à migrer  d’une façon irrégulière et pour les autres villageois quoi ont vécu des évènements traumatiques ainsi donc il a mis à notre disposition un hangar mais qui nécessite une réhabilitation pour être plus opérationnelle pour les séances de thérapie. Ce faisant des cloisons sont nécessaires au moins trois à quatre. Le chargé de communication en a profité pour faire une émission à la télévision communautaire pour présenter HOUSE of HOPE et leur dire l’intérêt de la thérapie.

Nous avons eu à se déplacer vers L’ONG Enda -jeunesse action pour expliquer davantage les services que nous offrons et nouer un partenariat officiel avec eux. Au cours de cette rencontre ils ont émis le souhait d’être formés pour mieux déceler les cas traumatisés en vue de les référer à HOUSE of HOPE mais leur étant spécifique ils aimeraient qu’on mette l’accent sur les enfants qui représentent leurs cibles.

Nous avons reçu aussi deux membres de l’ONG Green village fondation qui est le partenaire opérationnel du HCR depuis janvier 2021 et comme d’habitude nous leur avons parlé de nos activités et ils aimeraient nouer un partenariat avec nous. Ainsi donc le draft de convention leur a été transféré. Nous avons tenu deux séances de travail avec professeur KLAUS et le professeur AIDA SYLLA pour la collaboration entre leurs deux structures et les démarches sont en bonne voie. 

Le chargé de communication a eu à participer à une séance de travail sur le plan stratégique national de la lutte contre l’usage nocif d’alcool 2021 organisé par RESOPOPDEV et deux séances de travail collectif ont été faits à ce propos. House of Hope est désormais membre du Comité National de lutte contre l’alcoolisme et l’usage des substances notifs sous la coordination du Ministère de la Santé et de l’Action Sociale. Deux particuliers ont été aussi reçus et ils cherchaient à avoir des informations sur nos activités. M. Diop est un administrateur civil à la retraite et aimerait proposer ses services à ses heures perdues et nous mettre en contact avec des habitants du quartier qui ont occupés des postes de responsabilités.

Nous avons aussi échangé avec la Directrice des violences faites aux femmes VVFS qui désire nous inviter à une tribune digitale sur la thématique des femmes.  

Nous avons aussi reçu Melle THERESIA qui administre un guide d’entretien conçu par la JICA pour voir si les droits des sénégalais sont respectés et s’ils éstent en justice s’ils sont bafoués. Nous lui avons fait savoir que nous faisons de la thérapie mais nous l’avons orienté à la RADDHO et à AMNESTY car ils sont spécialisés dans la promotion des droits humains.

Nous avons aussi continué notre apprentissage en thérapie NET en révisant nos cours et en participant aux jeux de rôles sur le THL ,ligne de vie et exposition narrative  sous la supervision des thérapeutes.

Dans le cadre de la recherche de clients nous avons relancé nos collègues du centre sénégalo- allemand et les partenaires.

Charlotte Sarr,
Chargé des relations exterierues HoH

Les expériences de l’immigration clandestine

Tidiane Ahmed Diallo est né le 2 avril 1996 à Dakar, au Sénégal.

Auparavant, il travaillait comme vendeur dans un magasin prospère à Pikine, une banlieue de Dakar. En 2013, il a quitté le Sénégal pour la première fois ; par la route vers la Mauritanie, où il voulait contacter des convoyeurs et autres réseaux de relais d’immigration clandestine afin d’immigrer illégalement en Espagne.

Die Geschichte der Zukunft

History of the Future

Die Verbindung zwischen HA Schult und dem fka – Freundeskreis Asyl Karlsruhe e. V.

The connection of HA Schult (www.haschult.de) and fka – Freundeskreis Asyl Karlsruhe e. V. (Society of Friends of the asylum seekers – www.fka-ka.de)

Trash People, HA Schult

In >Trash People< umreißt Peter Weibel, der Direktor des ZKM Karlsruhe, die radikalen Veränderungen von Kunst im 20. Jahrhundert, u.a. in den neuen Formen von AKTION und INSTALLATION. Und nennt HA Schult einen ihrer wichtigsten Protagonisten. Mit ihm geht Kunst auf die Straße, in den öffentlichen Raum von Wirklichkeit.

Peter Weibel, director of ZKM Karlsruhe (Center of Arts and Media) outlines the radical changes of art in the 20th century, highlighting the new forms of ACTION and INSTALLATION, in a statement >TRASH PEOPLE<. He calls HA Schult one of their leading protagonists. With him, art takes to the street, the public space of reality.

Seine >Trash People< entern die Symbole aller Zivilisationen in Palästen und Festungen,  verstellen den mit Blut, Schweiß und Tränen ihrer unbekannten Erbauer erstellten Prunk und zeigen den von der Triumphgeschichte anonymisierten Teil der Menschheit, der in einer Geschichte von Grausamkeit und Gemeinheit zu Müll wurde. Aus der Ausblendung kehrt er zurück in die Wüste der Wirklichkeiten von heute und bevölkert sie mit ihren Zombies.

His >Trash People< invade the symbols of all civilizations in monumental buildings, palaces and fortifications, obscure the view of their pomp built with the blood, the sweat and the tears of armies of their unnamed building laborers and expose the part of humanity left anonymous and made to trash in an endless story of cruelty and infamy by a history of triumphs. They are invading the desert of today’s realities out of their cut-out state.

Der fka – Freundeskreis Asyl Karlsruhe richtet neben seinem Integrationsauftrag diesen „Radar der Zivilisation“ auf seine anderen Klient*innen, die als Flüchtlinge, Abgeschobene, Lagerinsass*innen, Ertrunkene, Versklavte, die anonymen Zombies der Wüste unserer Zeit sind. Zusammen mit HA Schult und Peter Weibel fragt fka: Müll! Ist das die Welt, die wir wollen? Eine Welt der Verwüstung und Versehrung? Eine Zukunft als PLANET MÜLL, überbevölkert mit Menschen, die lebender Müll sind?

Next to integration work and counselling fka sets this radar on „their other clients“, the worldwide refugees, the deportees, camp inmates, drowned and enslaved children, men and women, the anonymous zombies of the desert of our time. HA Schult, Peter Weibel and fka insist : Is this the world we want? A world of devastation and harm? A future as PLANET TRASH, overloaded with people who are made to living trash?

(fka im Netz: www. fka-ka.de)

von: Christoph Schneller

Rapport d’activité Covid-19

Dans le cadre l’intervention de House of Hope dans la cellule régionale de riposte contre la COVID-19, j’ai été déployé dans le district sanitaire Khadim Rassoul de sicap Mbao. Arrivée dans le district le lundi 14 Septembre, j’ai rencontré le médecin chef de district (MCD) Dr NDOUR. Après lui avoir remis l’ordre de mission, nous avons discuté sur comment je pourrais apporter mon aide face à la situation. Au cours de l’échange elle m’a fait comprendre que nous sommes arrivés trop tard car il n’y a presque plus de cas. Après l’échange elle m’a amené au service social ou il y’avait déjà Dr Rahma, la coordinatrice du programme VIH et Sida, ainsi que l’assistante sociale Mme Sylla qui étaient toutes les deux chargés des cas de COVID-19.

Fonctionnement de la prise en charge psychosociale : les prélèvements se font dans le district puis les tests sont envoyés à l’institut Pasteur et 24 à 48h après ils envoies les résultats au MCD. Le MCD reçoit les résultats et fait la mise à jour sur le tableau de bord de l’application qu’ils utilisent. Là le Dr Rahma et Mme Sylla se charge d’appeler le client pour lui donner les résultats. Le centre dispose d’un numéro gratuit pour appeler. Il suffit juste d’installer l’application et se connecter avec le wifi. Le patient a le choix entre rester confiner chez lui ou aller dans un centre de traitement.

Si le patient décide de rester confiner chez lui alors les personnes en charge de l’appui psychosocial l’appel de temps en temps pour prendre de ses nouvelles et puis le 14e jour pour qu’il revienne faire le test. Et si durant cette période de confinement le patient a des symptômes alors il appel et le Mr lui prescrit une ordance qu’il doit acheter lui-même. Si le patient décide d’aller dans un centre de traitement et qu’il y trouve une place alors la prise en charge psychosocial se fera directement là-bas, le district n’a plus aucun contact avec lui.

Au jour du lundi, le 14 Septembre 2020, le district n’avait aucun nouveau cas de Covid-19 et aucun appel de suivi à passer, deux décès (personnes âgées, en attente de transfère dans les centres de traitement) et 153 cas sous traitement dans les centres de traitement et chez eux.

Au jour du lundi, le 20 Septembre 2020, le district n’avait aucun nouveau cas de Covid-19 et aucun appel de suivi à passer. Durant ses deux lundis passer au district, je n’ai pas eu de contact avec les patients. Donc, je n’ai pas fait de prise en charge et je ne pouvais pas avoir accès au dossier des patient guéris non plus parce qu’après 14 jours le dossier est classé.

Mame Aminata Ndong, Septembre 2020

Rapport du mois juillet 2020

Nos activités en juillet 2020 sont principalement axées sur la préparation de la formation en communication (27 juillet – 7 août 2020) ainsi que sur les préparatifs de la formation NET qui se tiendra du 10 au 21 août 2020.

Dans un premier temps, nous avons demandé aux collègues de transmettre l’information aux proches afin qu’ils puissent soumettre leur CV. Après consultation du coordinateur du projet, des lettres d’invitation ont été envoyées aux organisations partenaires telles que CNE, MENTAL HEALTH, YMCA, CARITAS CENTRE SENEGALO-GERMANY, RADDHO, AJS, ARMEE DE L’AIR, MILITARY HOSPITAL OF OUAKAM, FASER, FORT B et ENTSS. L’hôpital militaire de Ouakam et l’armée de l’air ont malheureusement dû annuler en raison de leur emploi du temps chargé. Le nombre de participants par créneau a ensuite été déterminé en fonction de leur participation et du nombre de clients qu’ils ont envoyés.

Le comité, composé de trois membres de l’administration et d’un conseiller, a présélectionné les candidats en tenant compte de leur profil et de leur disponibilité. Ainsi, en plus des 16 candidats des organisations partenaires, 31 candidatures ont été présélectionnées. Au total, 47 demandes ont dû être examinées.

La commission s’est à nouveau réunie le 8 juillet 2020 pour examiner les candidatures, parmi lesquelles vingt ont finalement été retenues et ont pu participer au cours (16 candidats des organisations partenaires plus 4 étudiants). Les critères de sélection étaient déjà définis à l’avance, entre autres le candidat devait avoir un parcours professionnel médical ou social ou être actif dans le secteur non lucratif.

Après la sélection, les organisations partenaires participantes ont été informées par écrit et les étudiants ont reçu un appel téléphonique.  Le suivi, nécessaire pour une formation efficace et efficiente, a suivi. 

Dans le contexte de la pandémie de Covid 19 et en raison de l’exiguïté des salles disponibles à la Maison de l’Espoir, nous avons dû réduire par la suite le nombre de participants à seize. Ce n’est qu’alors que la formation à la communication pouvait réellement commencer.

En outre, l’équipe a dû travailler à la planification des activités du programme pour la période septembre 2020 – août 2021. Trois réunions ont été organisées à cet égard.

Dans le cadre de l’élargissement de notre partenariat, nous avons alors également envoyé un projet de contrat à l’association SAVELIFE. Elle est basée à Pikine et travaille à la lutte contre la violence sexuelle et sexiste. Des représentants de la Maison de l’Espoir, accompagnés d’un thérapeute, y ont été reçus dans les bureaux.

Dans le but d’obtenir éventuellement un accès à l’aéroport, nous avons écrit une lettre à la direction de la plus haute autorité de l’aéroport. Les mesures nécessaires seront prises par les membres de l’administration.

Charlotte Sarr,
responsable des relations extérieures à la Maison de l’espoir

Corona und seinen Folgen

Klaus Hoffmann

Individuelle, politische und gesellschaftliche Ängste und Vorgehensweisen spielen seit März 2020 im Alltag wie in der fachlichen Reflexion eine große Rolle. Das von außen eingedrungene Böse transformiert sowohl die direkt von der Erkrankung Betroffenen, ihre Partner*innen und ihre Behandelnden als auch die politischen und wirtschaftlichen Entscheidungsträger*innen (z.B. Heimerl im aktuellen Forum der Psychoanalyse).