De Conakry à Dakar

Mamadou Diouma Bah a découvert le Sénégal pour la première fois dans son enfance, en juin 1991, grâce à son père qui y était installé.

Le 5 Janvier 2008 il quitte la Guinée, son pays natal, pour s’installer définitivement au Sénégal où il travaille dans la restauration et dans un petit commerce de ventes de cartes de crédit et de recharge téléphonique.

Mamadou souffrira plus tard à Dakar de pertes de mémoire et de crises de folie qui le conduiront à prendre des soins à l’hôpital de Fann de Dakar au Sénégal ainsi qu’en Guinée, son pays d’origine. Aussitôt stabilisé mais souffrant toujours d’une détresse profonde, il se mettra dans des situations difficiles, entre autres une tentative d’immigration en Espagne en Octobre 2012 via la Mauritanie, qui échoua, et une autre situation malheureuse en Côte d’Ivoire en mai 2015. Désespéré, souffrant toujours de troubles de folie et déprimé, il reviendra s’installer de nouveau à Dakar pour poursuivre ses soins de thérapie à l’hôpital de Fann, sans succès à cause du manque de médecins pour le suivre et le traiter.

Mamadou était presque atteint de folie, subissait souvent des flashbacks, souffrait de cauchemars graves et était souvent colérique.

Déçu, déprimé et sans traitement à l’hôpital de Fann à Dakar pour ses problèmes mentaux, il restera sans emploi et se contentera de travailler comme commerçant dans des magasins de vente auprès de commerçants compatriotes guinéens à Dakar.

C’est à travers sa rencontre avec Elisa, formatrice des conseillers thérapeutes à House of Hope Sénégal, que lors d’une réunion Mamadou fera la connaissance du projet « Maison de l’Espoir » de l’ONG „Freundeskreis Asyl (FKA)“ en coopération avec la GIZ.

Mamadou a participé à des séances thérapeutiques gratuites au cours desquelles on lui a diagnostiqué le trouble de stress posttraumatique.

Depuis le diagnostique, Mamadou a participé à 8 séances et a pu parler de ses expériences traumatisantes et de ses peurs. Il poursuit sa thérapie et se sent beaucoup mieux. Il est très content et satisfait de la méthode de thérapie et d’assistance de HOH Sénégal par rapport au traitement qu’il recevait à l’hôpital de Fann, qu’il a d’ailleurs volontairement arrêté. Les symptômes ont diminué et il est plus confiant pour l’avenir. Il travaille dans un petit magasin de vente de fruits et produits alimentaires de base.

Mamadou n’est plus obsédé par l’idée de voyager un peu partout, au contraire il a l’intention de rester à Dakar et d’établir avec succès son petit commerce de produits alimentaires. Ce qui lui manquait en vérité c’était la stabilisation de son esprit, ce qu’il a commencé à trouver à la « Maison de l’Espoir ».

Mamadou, qui vit seul à Dakar, est marié et a une fille. Celle-ci ainsi que sa femme sont chez lui à Conakry en Guinée.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.